La question des amants

Le temps avance. J'intègre son univers. Une découverte à sens unique, pour le moment. Juste parce que les circonstances ne permettent pas la réciprocité. Le plaisir qu'elle souhaite s'afficher avec moi. Permettre de m'identifier. Franchir le cap des réseaux sociaux pour dévoiler ce que nous sommes l'un pour l'autre. Ce que je suis pour elle. Me permettant, du même coup, de montrer la force de ce que je ressens. Etre avec elle, être à elle, face à ceux et celles qui la fréquentent. Découvrir aussi ces personnes qui semblent me montrer leur bienveillance à mon égard. Lui montrer, à elle, que rien ne change de ce qu'elle est pour moi entre nos moments d'intimité et ceux où les témoins seront présents. Et si je dois émettre une hypothèse, c'est que cette bienveillance que je perçois de ces personnes ne me connaissant pas ne peut s'expliquer que par la sincérité de ce que je ressens pour elle. Je pense qu'ils perçoivent ça. Que je veux la rendre heureuse, parce que je le suis avec elle. Et du coup, je suis flatté en un sens, qu'ils m'accordent cette confiance là. Pas de pouvoir lui apporter le bonheur, mais au moins d'être déterminé à la faire. Même si je sais que la curiosité est présente aussi. Ils sont curieux comme je le suis.

J'essaie parfois de m'imaginer ce que peuvent ressentir ses amants quand ils sont témoins, via les réseaux sociaux ou ce blog, de ce qui se forge entre nous deux. S'y intéressent-ils? Et si c'est le cas, certains ont-ils peur qu'un jour, cette femme si enivrante ne se détourne d'eux pour vivre l'exclusivité d'une relation à deux? Lisant entre les lignes, ils auront peut-être compris que je ne vois pas cette exclusivité là. Pas pour eux. Mais pour elle. Et pour moi aussi. Je n'éprouve pas l'égocentrisme de pouvoir combler tout ce qu'elle aime. Ses amants lui apportent bien des choses que je ne saurais lui offrir, qui ne sont pas ce que je suis. Pourquoi la priverais-je de se sentir bien dans les bras de celui-ci, de partager des moments de complicité avec celui-là, de vivre des expériences enthousiasmantes avec ces personnes dont je ne remets pas en cause l'intérêt? Il ne s'agit pas là d'un sacrifice, bien au contraire. J'éprouve une telle confiance en elle que je sais que je suis celui qui comptera. Elle n'aura qu'à me le dire dans les yeux. Je sais qu'elle aime les moments passés avec moi, je sais qu'elle aime comme nous baisons ensemble, comme nous jouissons ensemble. Elle n'a pas à me dire un seul mot tant je lis notre complicité. Elle n'a pas à me demander si elle peut vivre ses plaisirs puisque je n'ose même pas m'y opposer.

Au contraire. Qu'elle vive ces moments avec d'autres, qu'elle vive pleinement ce qu'ils veulent lui apporter en retour de ce qu'elle suscite. C'est aussi ça, à mes yeux, la rendre heureuse. Qu'elle sache que je ne ressens pas la moindre frustration. Qu'elle sache que je ne demande rien en échange, parce que je sais, le cas échéant, que je suis différent à ses yeux et à son coeur. J'ai pleinement conscience d'être singulier. On n'est pas propriétaire de l'autre quand on aime. Aimer, c'est s'oublier à l'autre, totalement. C'est vouloir le bonheur de l'autre. Parce qu'il nous rend heureux. Parce qu'il nous épanouit. Ces hommes seront certainement rassurés. Je ne remets pas en cause leur importance, je ne me lance pas dans un chantage amoureux. Au contraire. Elle, elle le sait. Que j'aime sa façon de vivre le sexe, de vivre la tendresse, de vivre ses envies. C'est parce que je l'aime, parce que je sais ce qu'elle éprouve, que rien ne me fait peur. Nous avons notre exclusivité, mais ce n'est pas celle-là. Et ces rencontres nous renforcent. Jour après jour. Le temps passé avec ses amants me sert, en un sens.

Il ne s'agit donc pas de jalousie, ni de candaulisme. Je ne peux être ni l'un, ni l'autre, ce n'est pas moi, tout simplement. Il s'agit de respect du bonheur de l'autre, d'abord. De considération ensuite. Car il n'existe aucune frustration sexuelle entre nous, bien au contraire. Cette relation totalement fusionnelle est certainement la base de ma façon de voir les choses. Il ne s'agit pas pour moi qu'elle trouve mieux, si j'ose dire. Il s'agit qu'elle vive comme elle l'aime, parce que j'aime sa vie comme elle aime la mienne. Il s'agit pour elle de s'épanouir, parce que c'est ainsi que je l'aime, et que ça ne remet rien en cause de notre envie à deux, de notre imagination, des projets que nous pouvons nourrir. Je ne m'associe pas à ses amants, c'est tout. Ils lui apportent, et j'éprouve pour eux une bienveillance légitime parce que leur but est de lui rendre le plaisir qu'elle peut leur apporter. Et parce que je ressens tant de choses pour elle, parce que je suis amoureux d'elle, parce que je l'aime viscéralement, je ne peux que me réjouir quand d'autres ont la volonté de participer à son bonheur, son épanouissement et son bien-être. C'est ainsi que je l'aime. Comme elle m'aime aussi d'ailleurs. Un amour mature, adulte. Débarrassé des carcans éducatifs et moraux. Vivre ce que l'on est pleinement. Et se rendre compte que ce que l'on partage, ce que l'on éprouve pour l'autre, n'en est que plus fort.

Retour à l'accueil