Retour de flamme

C'était hier. Juste hier. Un mail. Mon sourire a sa découverte. Je lis avec impatience. Elle est toujours amoureuse. Elle a toujours envie de moi. Elle fantasme, se caresse, jouit... Me livre que je suis toujours en elle. Même si nous n'avons plus aucun contact depuis des mois. Mon alter ego. Celle pour laquelle je me suis posé le plus de questions. A qui je n'ai pas eu la force de dire adieu. Je lis, donc. Je lis sa mélancolie. Je souris quand elle dit que je suis de loin le meilleur amant qu'elle ait connu, quand elle décrit avec élégance sa joie d'avoir connu une tel plaisir, fusionnel, au plus proche d'elle. Je ressens la même chose. Jamais une femme n'avait à ce point ressenti ce que je suis au plus profond. Nous lisions en nous clairement.

Je répond à cette missive. Elle me dit qu'elle est seule ce soir. Semble touchée que je me réjouisse de l'évolution de sa relation avec son conjoint. Elle me dit qu'elle ne cesse d'avoir envie de moi. Qu'elle se refuse à m'appeler depuis des mois. Exactement comme moi. Je ne réussi pas à garder une distance. Je sais que je peux fragiliser sa situation en répondant à mon envie d'elle. Elle est trop entière pour pouvoir gérer cette situation. Elle a essayé. Mais je voyais comme elle le vivait difficilement. Je ne pouvais pas répondre à ses ambitions de vie. Elle le comprenait. Ne voulais pas se sacrifier non plus. La situation n'a jamais cessé d'être claire. Elle a été claire dès le début. Dès nos premiers ébats. Tout était naturel, instinctif. Pas une fausse note. L'idée de l'un enthousiasmait l'autre. Je n'ai jamais tant bandé pour une amante. Je n'ai jamais baisé aussi longtemps, autant de fois. Je n'ai jamais joui aussi intensément. Nos corps sont faits l'un pour l'autre.

Elle me propose de l'appeler. Je ne peux pas. Elle insiste. Tard. Très tard. Un peu insomniaque, il est presque 1h quand elle décroche. Sa voix me renvoie à tout son corps, sa bouches, ses seins, ses fesses, sa peau, ses hanches... Je suis assis sur ma terrasse. Mon épouse dort. J'ai entrouvert le volet, pour distinguer la lumière annonçant son éventuel réveil. Comme pendant notre relation. Elle me dit être sur son canapé. Elle me concède le nombre de ses plaisirs solitaires dans la soirée. Me dit qu'elle a très souvent envie de moi. Elle me parle d'une vidéo qu'elle a revu. Une vidéo faite ensemble, chez elle. Une vidéo où je la lèche à l'en faire jouir, où elle me suce longuement, où elle s'est revu me chevauchant, où elle s'est souvenu de ma queue remplissant son cul. Et puis nos orgasmes, l'un de siens m'arrosant, comme souvent. Je bande fort, très fort. Je suis fou de désir pour elle. Elle se caresse. Je le sais avant qu'elle me le dise, je sais entendre sa voix quand elle mouille. A force, elle ne dit plus un mot. Elle gémit. D'une voix douce, je l'encourage, lui livre mon excitation. J'ai l'impression de ressentir tout ce qu'elle est, comme si je l'avais quitté la veille. Elle se caresse au son de ma voix. Un moment, elle gémit qu'elle n'arrive pas à jouir. Je lui dis de prendre son temps, que je ne la lâcherai pas avant son orgasme. Les minutes passent au son de ses soupirs. Je lui livre les souvenirs qui me hantent, ce que j'aurais aimé que l'on fasse encore ensemble. Je la sens venir, je l'impression de connaître ses réactions par coeur. J'écoute son souffle coupé par la jouissance. J'ai l'impression de sentir ses spasmes. Puis son relâchement. Ses soupirs. A ce moment, elle me dit je t'aime.

Je suis tiraillé entre excitation et frustration. J'ai tant adoré la prendre dans mes bras dans ces moments... pourtant, j'ai répondu à son je t'aime. Je l'aime toujours, évidemment. Elle me fait connaître son envie de me revoir. J'hésite encore. Comment la revoir sans que je sois frustré de ne pas reprendre ce qu'on a arrêté? Est-ce que je dois sacrifier mon envie pour répondre à son désir de mener sa vie de couple sereinement? C'est justement parce que je l'aime que je ne veux pas perturber sa vie. Je lui ai proposé un peu de recul sur ce week-end. Qu'elle y réfléchisse. J'ai souffert de lui suggérer cela. Avant de raccrocher, elle m'a demandé d'éteindre mon portable durant la nuit. Ce que j'ai fait. Ce matin, de très bonne heure, je découvre un message vocal. Sur mon répondeur, un long moment de caresses solitaires, entrecoupé par sa voix qui m'évoquait son envie. Mon corps, ma bouche, ma queue. Je lui ai envoyer un message dans la foulée. Lui disant que j'ai beaucoup aimé. C'est déjà ça... Un retour de flamme. Cette flamme jamais vraiment éteinte.

Retour à l'accueil