Moi, jaloux ?

Je n'ai jamais été jaloux. D'aussi loin que je m'en souvienne, je crois que c'est un sentiment qui m'est étranger. Certainement par choix, inconsciemment. Je crois que je ne supporterais pas l'angoisse de la jalousie. Etre sur le qui-vive, douter de tout... Tout cela va à l'encontre de ce que je suis. J'accorde facilement ma confiance, je pense même l'accorder à priori. Le risque est grand, les déceptions nombreuses. Mais je ne parviens pas à être méfiant. J'ai déjà lu des commentaires décrivant la jalousie comme un manque de confiance en soi. Je ne suis pas sûr que ce soit exact. Je pencherais dans certains cas pour de l'égocentrisme. Je suis convaincu que des jaloux le sont car ils estiment que leur conjoint, leur amant(e), n'a pas besoin de quelqu'un d'autre qu'eux. Qu'ils prendraient un attachement physique ou moral à un(e) autre comme une insulte à ce qu'ils sont, à ce qu'ils pensent apporter. La vexation de s'apercevoir qu'on ne suffit pas à l'autre. L'amour propre insulté, au plus profond de sa fierté. Le principe, la fierté, l'égo. Je crois que les causes majeures de la jalousie sont celles-ci. Quand à la peur hypothétique de perdre l'être envié, ça ressemble à une plaisanterie. Car il n'est pas nécessaire d'avoir envie d'un(e) autre pour avoir envie d'autre chose. Et ne plus aimer.

Je ne suis pas jaloux. J'essaie d'avoir un regard objectif sur ce que je peux susciter. Avec ma fierté, certes, mais aussi avec raison. Comment pourrais-je condamner une amante qui, un moment, profite du désir d'un homme qui lui fait envie, qui sera peut-être meilleur amant que moi, qui lui fera découvrir autre chose, qui lui fera vivre un moment que je ne suis pas capable d'offrir? Et surtout, quelle flatterie pour l'égo de savoir que cette amante reviendrait vers moi pour les sentiments qu'elle me porte, pour ce que je suis, assumant son désir d'un autre comme son envie de moi, tout entier. De mes amantes marquantes, je n'ai jamais été jaloux. Angèle avait une expérience des hommes considérable. A ma connaissance, elle n'en a revu aucun au cours de notre liaison. Mais j'aimais quand elle me disait qu'ils la contactaient, qu'ils lui proposaient de la revoir, tandis qu'elle me jurait qu'elle n'avait pas connu meilleur amant que moi. Elle fut presque frustrée de mon absence de jalousie au début. Je sais que la suspicion n'évite rien. A quoi bon s'en faire? Je me réjouissais d'apprendre que tel homme l'avait comblée en une situation, dans laquelle j'aurais été moins à l'aise. Pourquoi interdirai-je par principe à une femme avec qui je vis une relation, qu'elle soit officielle ou clandestine, de répondre à ses envies? Je me sentirais égoïste, jouant de sa frustration pour calmer mes angoisses.

Lucie a été surprise, elle aussi. Au début de notre histoire, elle rencontrait des hommes. Elle en avait honte vis-à-vis de moi. Et pourtant, quel réjouissance de susciter en une femme cette attirance qui surclasse tous ses désirs. Beaucoup d'hommes ont cherché à la séduire, et à chacune de leur tentative, je prenais cela comme la révélation de la chance qu'elle trouve en moi l'amant qui compte véritablement. Nombreux sont les hommes plus beaux, mieux faits, plus charismatiques, meilleurs amants, plus inventifs que je ne le suis. Je n'ai pas l'orgueil de croire que je suis un être supérieur sur ces plans. Parce que je fais confiance, parce que j'aime avec sincérité, ne sacrifiant pas l'autre au profit de mon épanouissement, je ne peux pas manifester la moindre forme de jalousie. Comment pourrais-je en vouloir à une femme de répondre à un désir fort, passionné, au motif que j'existe dans son coeur, dans son corps ? La jalousie n'est pas une preuve d'amour. A mes yeux, c'est le contraire. C'est une preuve d'estime de soi. De haute estime de soi. Refuser le regard des autres parce que le mien suffirait, quelle absurdité ! J'aimerais un jour partager cela. Vivre sans jalousie. Le plus librement. Avec la force des sentiments comme seul moteur. La confiance mutuelle. La synergie. Je crois que je suis atypique, et surtout, je doute que ce genre de relation fusionnelle soit réellement possible. Juste un fantasme alors?

Retour à l'accueil