Je voudrais nous revoir

Comment trouver les mots, ceux qui ne travestiront pas ce que je ressens? Comment te faire ressentir ce que je suis, grâce à toi, et non pas à cause de toi? J'ai des vertus de patience, en temps normal. Je ne comprends pas très bien ce qu'il m'arrive dès lors. Comme toi, je me freine. Comme toi, je m'interdis certaines évocations. Même s'il ne serait pas exact d'avancer que nos raisons soient les mêmes. Je me surprend à avoir des certitudes. Sur moi, sur ce que je suis capable d'être. L'impression de savoir qui je suis, soudainement. Sans hésitation. Mais pas sans crainte, je te l'avoue. La crainte de moi, d'abord. La crainte de me faire confiance, alors même que je n'ai jamais été aussi sûr de ce que je dois accomplir pour être heureux. La crainte que tu ne me reçoives pas ainsi, que tu te sois trompée dans ton attirance pour moi. La crainte, peut-être, de laisser filer l'espoir. La crainte du temps perdu, le temps nécessaire à ce que je me réalise, contraint par le contexte qui m'empêche d'être expéditif. Ce contexte que tu connais. La crainte que tu ne me fasses pas confiance, bien que j'ai envie de croire que tu as perçu ma sincérité et ma droiture d'esprit. La crainte que tu penses, un moment, que je puisse te mener en bateau. Ce dont je ne serais pas capable.

Je voudrais nous revoir ensemble. Avoir le temps. Une journée peut-être. Passer du temps ensemble. Instinctivement, sans impératif. Faire ensemble ce dont on a envie sur le moment. Vivre, rire, jouir, peu importe. Se découvrir en tout cas. J'ai envie de ça, autant que j'ai envie de toi. C'est dire... Je mesure la gravité de mes mots, de ce qu'ils impliquent. Parce que je respecte trop tes désirs. Tu sauras donc, tenant compte de mon affection pour toi, ce que cette volonté traduit. Je ne veux pas du rôle de l'homme te faisant souffrir. J'ai l'ambition d'être celui qui peut te combler. C'est ça, mon égoïsme. Donner pour recevoir, et vice-versa. Partager. Etre nous. Je voudrais nous revoir sans préférence de contexte. Peu importe ce que l'on fait, mais le faire ensemble. Je t'invite en moi, dans cette partie de mon âme qui n'a intéressé personne jusqu'alors, que je n'ai jamais ouvert surtout. Je prend le risque que tu puisses me briser à tout moment, car je ressens que tu ne le feras pas. Apprendre à nous connaître, apprendre ce qui nous rapproche, ce qui nous différencie. Aimer tout cela. Profiter d'une journée, de quelques heures ensemble, pour en savoir davantage. Que tu puisses t'assurer que je ne suis pas de ceux qui te consommeront sans tenir compte de ce que tu es au plus profond. Qui te promettront ce que tu désires pour mieux s'enfuir ensuite. Je suis perturbé par cet état presque schizophrène, cet état de manque, cet état d'impatience. Mais je reste responsable. Ma responsabilité, pour être en accord avec moi-même, est de l'être avec toi.

Je souhaite que tu ressentes ma sincérité. Oui, je suis en pleine mutation. Oui, je ne dévierai pas. Oui, ça prendra un peu de temps. Non, je ne reviendrai pas en arrière. Ce n'est pas une promesse, c'est une déclaration, une volonté, une vérité. Mon envie de te revoir est du même ordre. Il ne s'agit pas de promettre quoique ce soit. Comme tu ma l'as dit déjà, "sans aucune promesse"... Je veux nous revoir ainsi. Juste vivre l'instant. Vivre l'autre. Pleinement. Apprendre ce que nous sommes. Ce que tu es. Tes yeux, ta voix, ta peau... Parce que ça en vaut la peine, selon moi. Parce que tu me manques. Parce que j'ai envie de toi, toute entière. Je nourris l'espoir que je me suis ouvert assez grand à toi pour que tu puisses constater, ressentir, que je ne suis pas un imposteur. Que sans ce changement profond en moi et ses conséquences présentes ou futures, je n'oserais jamais ces mots. J'en appelle à ce que je suscites en toi. Tu sembles te connaître assez pour que je fasse confiance à ton sentiment. Celui qui te poussera, peut-être, je l'espère, à croire en moi. Je n'ai jamais autant pensé à moi qu'en étant tout contre toi. Etrange sensation. Une journée ensemble. Sans promesse. Sans ambition. Juste un moment. Un moment pour être nous, pour mesurer l'envie de nous, présente, à venir. Rien d'autre que ça. Le temps nous aidera à nous rapprocher ou à nous confronter. Je ne sais rien de ça. Ma seule envie, c'est toi.

Retour à l'accueil