Infidèle incurable ?

Un jour, ça arrivera. Je le ressens. Quand? Je ne sais pas. Mais un jour, je ne serai plus amoureux de mon épouse... Ou elle ne le sera plus de moi. Notre histoire a été jalonnée de hauts et de bas. Nous avons construit quelque chose de beau. Ce jour là, rien ne sera renié, oublié. Mais je ne m'imagine pas faire sembler d'aimer. Dire je t'aime sans le penser. Impossible. La vie nous fait évoluer, et j'ai bien peur qu'il est quasiment impossible d'évoluer sur le même rythme au sein d'un couple. L'évolution de nos vies, de ce que nous sommes au plus profond, aura raison, sans doute, de l'amour que nous partageons. Et pour tout dire, cette idée m'apaise. J'ai trop peur de cesser d'aimer brutalement, sans y être prêt, sans savoir comment réagir. Je ne suis plus le même que celui qu'elle a rencontré. Elle n'est plus la même. Je pense que je l'aime davantage aujourd'hui. Mais que de la même façon que mon amour pour elle s'est décuplé soudainement, il peut aussi se tarir. Il n'est pas question d'affection, de respect. Il s'agit d'amour véritable.

Il existe aussi les moments où j'ai été amoureux d'amantes. La première, Angèle, m'a submergé. J'aurais tant fait pour elle. J'étais sûr de ce que je ressentais, ma confiance était totale, je lui ai donné tout ce que j'étais. Me sachant en plein doute sur ma vie de couple, elle a avancé ses désirs de vie. Des semaines entières à ne plus dormir. A mesurer mon envie la plus profonde. Et violemment, alors que je n'avais plus d'armure, elle a porté un coup fatal à notre relation. Inexplicablement. Un blocage total. Le silence. Le mépris. A croire que ce qu'elle me présentait comme une envie de vie n'était pour elle qu'un fantasme. Peut-être pour la première fois, on avait joué avec mes sentiments les plus profonds. De cette souffrance, j'ai gardé l'expérience de ne plus laisser une femme s'immiscer dans la clairvoyance de l'analyse de ma vie maritale. Faire la part des choses. Je m'étais jurer de ne plus tomber amoureux d'une autre femme tant que je serais en couple. Et j'ai rencontré Lucie. Un amour sain, en quelque sorte. Presque pur. Très vite, nos divergences de vie et d'ambition ont scellé le sort d'une évolution de notre liaison. Amoureux l'un de l'autre, mais incompatibles au quotidien. Cet amour est toujours présent. Peut-être parce que nous n'avons rien à espérer de l'autre, finalement. Et que nous semblons pleinement conscient de cela.

Depuis l'écriture des premiers textes préparant l'ouverture de ce blog, l'analyse de ma vie me hante. Savoir qui je suis. Suis-je un infidèle incurable? Je l'ai pensé. Mais je crois que c'est une façon pour moi de me voiler la face. Tant de choses nous ont séparé avec mon épouse. Avec l'enthousiasme des jeunes amoureux, je pense que nous avons cru que l'amour que l'on se porte pouvait réduire ces divergences d'envies. Nos projets communs ne souffrent d'aucune frustration. En plus de dix ans de vie commune, j'ai néanmoins compris que je ne pouvais pas faire le deuil de mes envies d'épanouissement. Je pensais devoir m'assagir pour pouvoir fonder quelque chose de solide. Je sais aujourd'hui que c'est une erreur. Que tôt ou tard, quand ces envies seront trop fortes, elles auront raison de l'amour que je porte à mon épouse. Elles auront raison de l'avenir de notre vie maritale. Et j'ai conscience qu'il existe bien des chances pour que je rencontre un jour une amante qui me transcende au point de peser sur l'analyse de ma vie de couple. Même si je m'y refuse. J'aimerais, dans l'idéal, m'en rendre compte seul. Mais je ne peux pas exclure qu'une rencontre, peut-être, me poussera à changer de vie. Sans amertume ni regret. Terminer ce moment pour en démarrer un autre. D'autres projets. Vivre. Pour moi. Pour mes envies. Vivre pour ce à quoi j'ai renoncé il y a des années, en pensant que c'est ce qu'il fallait faire. Serait-je infidèle à ce moment là? Pourrais-je me soulager de l'angoisse de la clandestinité, du sentiment de culpabilité? Ne plus me cacher, ne plus tricher, juste partager? J'ai mon idée, mais je ne suis sûr de rien.

Retour à l'accueil