Des bouts de moi

Entêtante. Obsédante. Addictive. Elle l'est, et pourtant, elle est tellement autre chose aussi. Depuis que j'ai croisé son regard, depuis que j'ai découvert son sourire, ses yeux, elle est entrée en moi. Sans y être invitée. Une place naturelle. Evidente. Il y a une chose que je trouve captivante chez les gens, c'est cette capacité inconsciente à détourner l'attention de ce qu'il sont au plus profond, de ces états d'âmes incontrôlables, enfouis. Et pourtant, ces fêlures qui nous changent, dont on peut avoir honte parfois, sont tellement révélatrices de ce que l'on est... C'est certainement pour ça qu'elles me captivent, chez elle. Savoir qui elle est. Apprendre son histoire, sa vie. Aimer apprendre. Aimer ce qu'elle est. Au-delà du désir qu'elle suscite en moi, au-delà de ce qu'elle montre d'elle. Aller au plus profond de son âme, lui montrer comme je tiens à elle, pour ce qu'elle est. Et pas pour ce qu'elle veut montrer. La complicité. L'intimité la plus pure. Elle et moi. L'un à l'autre. Echanger cette part de nous que peu de gens aurons finalement la curiosité d'aller explorer. Ces gens qui se contenteront de ce que l'on veut leur montrer. Je la veux, elle, toute entière, de son corps à son âme. Qu'elle se laisse aller à moi comme je veux le faire pour elle. Qu'elle ressente au plus profond de son coeur mon envie d'aimer et de respecter ce qu'elle est.

J'ai envie qu'elle se voit avec mes yeux, avec mon coeur. Lui apporter la certitude de ce qu'elle est. Qu'elle ne doute pas de moi. Qu'elle se laisse aller en confiance. Elle a été blessée, trompée, je n'en doute pas. C'est ainsi qu'elle se protège. Je le ressens. Elle ne peut pas s'abandonner à ce que je lui avoue, c'est ainsi. Il faut que je lui donne gage de ma sincérité, de mon envie. Sait-elle comme je suis prêt à le faire? Mon envie d'elle m'apporte quelques peurs, celle du temps qui passe, que je ne peux pas ignorer. L'inertie d'une vie maritale en fin de parcours est difficile à abréger. La peur qu'elle me rejette, finalement, la peur de souffrir. Mais cette peur là, je l'assume sans mal tant j'ai envie qu'elle me ressente au plus près d'elle. J'ai envie de lui dire au creux de l'oreille ce que je ressens pour elle, envie de me perdre dans ses yeux, envie qu'elle me déstabilise par ses mots. Elle a su m'ouvrir dès les premières minutes. Le naturel le plus évident. L'envie, pour moi, de lui livrer ce que je suis. La surprise de lui confier des choses que personne ne sait. Elle est mon évidence. Celle que je n'attendais pas, celle que je ne soupçonnais pas. Il ne s'agit pas de se livrer corps et âme à s'en oublier. C'est bien plus beau que ça, me livrer corps et âme en étant pleinement moi.

J'aimerais tant qu'elle ressente cela elle aussi. Cette envie de se livrer à moi telle qu'elle est. J'aimerais qu'elle ressente que je ne la jugerai jamais, que je ne lui mentirai jamais. J'aimerais tant que mon évidence soit aussi la sienne. Qu'elle se sente elle comme je me sens moi. Lui apporter ça, finalement. La certitude d'être reçue comme elle est, imparfaite, comme je le suis. S'épanouir ainsi. Avec ses craintes, ses contradictions, ses joies, ses peines, ses désirs, ses mélancolies. Qu'elle sache sans douter que tout ce qui est elle sera reçu avec sincérité, avec tendresse, avec envie. Depuis les premiers moments, je lui ai laissé des bouts de moi. Est-ce si précieux? Ils le sont pour moi. Car elle s'est fait une place en moi. Je la veux pour épanouir cette place. Ensemble. Comme nous sommes. Sachant que ce que l'on montre de nous n'est pas tout à fait nous. Sachant ce que nous sommes l'un et l'autre, au fond. S'épanouir ainsi. Sans promesse. Juste l'envie. Je me doute que ça prendra du temps. C'est certainement la seule chose que je ne peux pas lui offrir pour l'instant. Le temps. Je m'efforce de faire confiance en l'avenir. J'aimerais tellement être libre de lui faire la cour. Le temps viendra. Mais j'espère déjà qu'elle sait que les bouts de moi que j'ai laissé auprès d'elle ne trichent pas. Qu'ils sont moi. Révélés par elle. Uniquement. Exclusivement. J'aimerais tant qu'elle ressente tout ça. Lors d'une prochaine étreinte. Quand ma main glissera dans la sienne. Quand nos peaux se frôleront. Quand, dans un soupir, mon corps frissonnera de plaisir. Le plaisir d'être à elle, de la ressentir pleinement. Comme elle est.

Retour à l'accueil